« Robert Altman, jeune homme à jamais | Accueil | Quand un papillon s'agite à Babel »

Commentaires

Patrick

Dans la filmographie de Noiret, il ne faudrait pas oublier les Ripoux (1 bien sûr...). Ce film, certes mineur dans l'histoire du GRAND cinéma, du regretté Noiret, nous révèle un papy, bien popu pour une fois, au capital sympathie incontournable. Noiret porte ce film admirablement, et celui-ci restera pour moi un monument de fraiche french-déconnade comme on en redemande.

Marie Coosemans

Il y'a aussi un autre film que vous ne mentionnez pas et qui pourtant à mes yeux est un des plus beaux et des plus tristes dans lequel Philippe Noiret aît joué : Le Vieux Fusil de Robert Enrico.

Je n'oublierais jamais le regard de Philippe Noiret dans le café quand il regarde Romy Schneider:

Il la connaît que depuis 2 minutes et il est déja amoureux d'elle.

Et puis après sa terrible vengeance auprès des Allemands qui lui ont enlevé sa femme et sa fille.

Sa voix et sa prestance me manqueront.

Alors adieu M.Noiret et surtout MERCI !

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.