« "Jindabyne" donne à entendre la voix des morts | Accueil | "Pirates des Caraïbes 3" – jusqu'au fond de la coupe »

Commentaires

Josie

Le bon cinéma d'auteur arrive parfois à transcender certains silences. Il me semble que c'est ce que font Johnny, Mireille Mathieu et Enrico Macias; ce qu'ils chantent prend une signification particulière parce qu'ils sont des personnages avec une immense carrière.

Le cinéma est un art cher, et vous avez parfaitement mis le doigt sur les dilemmes qui touchent ceux qui prétendent manier la caméra.

Mais pour chanter, ou même écrire, on n'a pas forcément besoin de grosse installation. On peut faire de la culture pas chère, à la bonne franquette. Le karaoké ce n'est pas forcément moins démocratique que Starac'

Ou je veux en venir? La culture n'est ni de gauche ni de droite si elle est faite par un artiste inspiré à tel point qu'il arrive de temps en temps à en oublier la politique.


Roland

Nobody is perfect. Il faudra se faire à l'idée que malgré ses souvent excellentes critiques cinématographiques, AD a un vieux fond stalinien qui pue. Ce qui doit être très utile pour un apparatchik de l'Hebdo.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.