« "Heimatklänge": rencontre avec Erika Stucky | Accueil | "Shine a Light": it's only rock n'roll - avec un truc en plus »

Commentaires

Bernard

Le succès entraîne le succès dit-on… En tout cas, la stratégie marketing ayant consisté à sortir le film avec une semaine d’avance, uniquement dans région du Nord Pas-de-Calais, a relevé du génie ! Les médias ont fait le reste…

Alain Robert

...et des répliques peut-être pas cultes mais marquantes resteront.
Le Nord restera durablement une région plus sympa que l'image qu'en avait la conscience collective (les gens y sont accueillants mais la météo est pourrie).
Et dans 10 ou 15 ans, quand le film passera à la télévision, j'ai plus l'impression qu'on se marrera à nouveau. Alors bien sur, le film est inégal, la réalisation est "scolaire", mais l'humour et la simplicité sont au rendez-vous, c'est le plus important.
A mon sens, le film vieillira mieux que beaucoup d'autres, ;-)

Julien

A mon avis, dans dix ou quinze ans, le film sera probablement considéré comme plus réussi que ses inévitables suites (ne croyons pas une seconde échapper à "Les Ch'tis à Paris", "Ch'tis contre Ch'tis", ou encore "Les Ch'tis sur Mars")

sandrine

Lorsque j'ai vu l'extrait à la télé avec Line Renaud qui parlait Cht'i je me suis jurée de ne jamais me laisser entraîner dans cette galère... je tiens toujours bon. Rogntudju!

Alain Robert

@Sandrine : C'est un tort, tant le film est une vrai comédie française, avec certes quelques longueurs mais surtout des traits d'humour franchement plaisant... ;-)

Sandrine

@ Alain...mouais...je crois que je vais aller voir ces Pierres qui Roulent. Au moins je suis certaine d'échapper à la mère Renaud (oui je fais une fixation :-)

Daniel

Mon cher Antoine,

Pourquoi l'Art (je mets une majuscule, ça fait mieux et ça vous fera bondir). Pourquoi, donc, l'Art de faire rire vous fait-il à se point pleurer. Pourquoi une comédie "bon enfant" comme vous dites, populaire au sens noble du terme, serait-elle forcément mauvaise?

Le succès des Ch'tis ne répond à aucun réel calcul mercantile. Navré, mais Pathé avait sans doute plus misé sur le triste et pathétique Astérix que sur ce film dont on préjugeait (à tort) qu'il ne serait qu'une indigeste franchouillardise.

Une salle qui rit (sincèrement, pas grassement) de 7 à 77 ans n'est-elle pas la meilleur preuve de la qualité d'une comédie? On ne demande pas à Dany Boon de faire du David Lynch. Il arrive aussi que la légèreté soit au moins aussi agréable que se torturer l'esprit à éventuellement, peut-être tenter de comprendre "Mulholand Drive".

Finalement, mon cher Antoine, pour qui écrivez-vous?

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.